Menu

Piano à Saint-Ursanne | Festival international de piano

Présentation

15e édition de Piano à Saint-Ursanne du 2 au 12 août 2018

 

Deux festivals incontournables pour les amoureux du piano !

Situés au carrefour des frontières de la Suisse, de la France et de l’Allemagne, Piano à Porrentruy et Piano à Saint-Ursanne sont deux festivals qui s’adressent aux amoureux du piano. Ils visent une ligne artistique commune et sont complémentaires ainsi qu’associés. Enracinés en terre jurassienne, ils investissent deux lieux patrimoniaux de cachet, respectivement la salle Art déco de l’Inter à Porrentruy et le cloître de la collégiale à Saint-Ursanne.

Des pianistes venus de tous horizons

Chaque année, les festivals accueillent une pléiade de pianistes. Parmi les interprètes figurent les talents au firmament de leur art et de jeunes pianistes à l’aube de belles carrières. Le piano se décline sous toutes ses facettes : piano solo, piano à quatre mains, piano et musique de chambre, piano et voix, piano et orchestre. Avec les années, les festivals ont accueilli des pianistes tels Paul Badura-Skoda, Christiane Baume-Sanglard, Giovanni Bellucci, Dana Ciocarlie, Michel Dalberto, Brigitte Engerer, Nelson Goerner, Adam Laloum, Hugues Leclère, Claire-Marie Le Guay, Jean-Marc Luisada, Maria João Pires, Roman Rabinovich, Rena Shereshevskaya, Louis Schwizgebel, Vassilis Varvaresos, Alexei Volodin, Gérard Wyss ou Mélodie Zhao pour ne citer que quelques noms.

Piano à Saint-Ursanne

Edition anniversaire ! Pour ses 15 ans, Piano à Saint-Ursanne se déploiera du 2 au 12 août avec 12 concerts à l’affiche. Le fil rouge thématique de cette édition s’articulera « Autour de la sonate » permettant ainsi de proposer un éventail d’oeuvres d’époques et d’esthétiques différentes. A l’origine, le mot « sonate » désigne « une musique qui sonne ». Depuis le 17e siècle, cette appellation s’applique à une oeuvre pour soliste ou petit ensemble, constituée en cycle de plusieurs mouvements. La sonate est souvent fondée sur un travail thématique : jeux et oppositions de thèmes contrastés par le rythme et l’harmonie, développements organisés au sein d’une architecture globale ; tous les compositeurs importants s’y sont consacrés.

Quatre monuments du répertoire pianistique sous les doigts du seul interprète vivant à avoir enregistré l’intégrale de l’oeuvre pour piano de Schubert ! Jeudi 2 août à 20 h 30, le pianiste Michel Dalberto ouvrira les feux par un concert très attendu. En guise d’introduction majestueuse, le Prélude, Aria et final de César Franck donnera le ton au fil rouge du festival, par ses trois mouvements ressemblant à une sonate, avec un motif cyclique unifiant le tout. La dernière Sonate de Beethoven, le fameux opus 111, conduira magistralement les auditeurs à la pause.

Changement d’ambiance en deuxième partie : la Fantaisie de Schumann, un triptyque rendant hommage à Beethoven. Michel Dalberto cisèlera enfin la délicate Sonatine de Ravel qui, dès sa création, connut un large succès pour la finesse de ses timbres.

Régulièrement, Piano à Saint-Ursanne propose une ou deux cartes blanches à des personnalités musiciennes ou mélomanes averties. Cette année, le concept a été proposé à Alexandra Conunova, violoniste à la personnalité musicale toute en ferveur, qui nous fera découvrir de talentueux chambristes de sa génération, au travers d’oeuvres pour cordes et piano profondes et lumineuses. Pour sa première carte blanche (ve 3 à 20 h 30), Alexandra Conunova a invité son confrère violoncelliste Narek Haknazaryan, trentenaire d’origine arménienne, et le pianiste français David Kadouch, tous deux jeunes interprètes à la carrière fulgurante. Pour sa deuxième carte blanche (sa 4 à 20 h 30), la jeune violoniste a fait appel au prodigieux pianiste Denis Kozhukhin, avec notamment la célèbre Sonate pour violon et piano de Ravel : l’influence du jazz est notable et Herbie Hancock, jazzman, interpréta souvent le blues de la sonate ; pour terminer le programme, les deux musiciens joueront l’avant-dernière Sonate pour piano et violon de Beethoven, celle dénommée « A Kreutzer ». Un duo de choc pour des pièces chics ! Dimanche 5 août à 17 h, première venue pour Andrew Tyson. Le pianiste américain traversera les époques avec Couperin, Chopin, Berg et Ravel. On se réjouit de découvrir son talent d’interprète poète et d’apprécier son toucher précis et sensible dans des oeuvres contrastées.

 

Piano à Saint-Ursanne reçoit Philippe Bianconi (lu 6 à 20 h 30), invité spécial 2018. Les critiques spécialisés s’accordent pour caractériser le jeu du pianiste français « allant toujours au coeur de la musique et emplissant l’espace de vie et de poésie » (Washington Post) ; « une musicalité et une maîtrise technique extraordinaires qui confèrent à la musique une fraîcheur, une immédiateté et une force de conviction rarement rencontrées » (The Times). Philippe Bianconi a concocté un programme profond et scintillant. Feu d’artifice en milieu de festival, la Nuit du concerto déploiera ses fastes le mardi 7 août à 20 h 30 avec L’Orchestre international de Genève et le sémillant chef russe Alexei Ogrintchouk à la baguette. Les solistes Andrew Tyson, Denis Kozhukhin, pianistes, et Andrei Kavalinski, trompettiste, sauront tutoyer l’âme des musiques proposées, Mozart et Chostakovitch. Estelle Revaz, violoncelliste valaisanne, et François Dumont, pianiste français, uniront leurs talents lors d’une première venue de leur duo à Piano à Saint-Ursanne (me 8 à 20 h 30). Jeudi 9 août à 20 h 30, c’est une jeune pianiste bâloise, Aglaia Graf, qui gravira les marches du podium ; son programme, original à plus d’un titre, est à découvrir absolument : oeuvres de Graf, Grieg, Rachmaninov, Messiaen et Mozart.

Nelson Goerner (ve 10 à 17 h) compose ses récitals avec la sensibilité d’un peintre, mettant en correspondance les caractéristiques et la quintessence des oeuvres. Schubert et Brahms occuperont la première partie ; les Préludes de Debussy célèbreront en filigrane le 150e anniversaire du décès du compositeur.

Le festival propose également une Tribune découverte jeunes artistes avec entrée libre (samedi 11 à 14 h). Dans ce cadre, on pourra découvrir quatre jeunes artistes prometteurs : Leonor Dill, Valentin Cotton, Marie Guyot, pianistes, et Emile Sanglard, clarinettiste.

Giovanni Bellucci (sa 11 à 20 h 30) poursuit la série Voyage avec Beethoven qui nous mènera jusqu’en 2020, année du 250e de la naissance du compositeur. Le grand pianiste italien, surdoué au répertoire gigantesque, nous propose à nouveau un programme à la hauteur de sa virtuosité et de sa force interprétative : des oeuvres de Beethoven et la Symphonie fantastique de Berlioz, transcrite pour piano solo par Liszt. Fantastique est le mot-clé pour ce récital à ne pas manquer !

Dimanche 12 août à 17 h aura lieu le concert de gala des 15 ans du festival, un anniversaire qu’il s’agit de marquer de souvenirs indélébiles. Artistes et programme seront dévoilés plus tard, mis à part la participation du duo de piano Christiane Baume- Sanglard et Dana Ciocarlie qui interpréteront en création mondiale une commande du festival, Sonate d’automne pour piano à quatre mains du Jurassien Vincent Bouduban. Les invités surprises
seront connus quelques jours avant le début du festival, mais réservent d’ores et déjà des plaisirs musicaux inattendus et intenses.

« Si la sonate m’était contée », tel sera l’intitulé d’une balade culturelle rapprochant formes architecturales de la ville et formes musicales de la sonate, fil rouge du festival. La balade se fera les ve 3, sa 4, lu 6 et me 8. Rendez-vous à l’accueil devant le cloître à 16 h 30 pour le début de la visite.

De réjouissantes perspectives

L’aura de Piano à Porrentruy et de Piano à Saint-Ursanne s’étend progressivement et se propage crescendo ; désormais leur action conjuguée s’inscrit dans la durée et dans une visée internationale. De grands interprètes tels Alexei Volodin, Adam Laloum, Michel Dalberto, Philippe Bianconi, Nelson Goerner, Giovanni Bellucci jalonnent les programmations et livrent leurs secrets d’interprétation. La musique de chambre avec piano est également très présente. Par ailleurs, nous adoptons le tempo nécessaire pour soutenir les grands talents de demain, ceux auxquels nous croyons. C’est ainsi que nous souhaitons pérenniser nos actions.

 

Piano à Porrentruy / Piano à Saint-Ursanne
Vincent Baume, directeur